Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/08/2007

La Saint Louis à Séte AOUT 2150/fin de l'histoire/ ci dessous, bas relief de joutes anciennes des années 2000

medium_4.jpg


NOTE: a ceux qui sont interréssés par cette histoire, il convient de commencer à lire à partir de la note du JEUDI 23 AOUT... début de cette nouvelle, écrite en 4 épisodes

Sarkosius 2 avait été reçu en grandes pompes par le premier tribun de la ville Commeinhus Gynecolojus, deuxième du nom. La ville avait bien changé et s'était beaucoup agrandi depuis l'avénement de son père Commeihnus Franciscus dans les années 2000- 2015 car ç'était lui qui avait créé l'aménagement de la Via Lidona en bordure de la mer encore présente ces années là.
Lorsque celle ci commença à s'assécher, on construisit de plus en plus loin sur le sable et aujourd'hui Sete compte 800 000 habitants qui espèrent toujours le retour de la lumière et le soleil d'antan .
Ayant fini leur tour de ville, nos héros et leur suite atteignirent, enfin, l'arène Royale.
Tout le monde était en plaçe; les musiciens jouaient, la foule criait, Martius et Polius étaient bien calés sur la plateforme de leur char mu à l'énergie solaire ( énergie récupérée trés loin dans l'atmosphère et stockée sur des satellites dans l'espace ).
Ils avançaient, l'un contre l'autre, tenant leur bouclier à gauche et la lance dans la main droite.
A la pesée, avant le combat, Polius accusait 20 kgs de plus que Martius, ç'était beaucoup, et celui ci se dit que pour gagner il faudrait trouver la feinte...car toujours, comme auparavent la ruse pouvait compenser la différence de poids.
Un premier choc, Martius tituba, à droite, à gauche, ses jambes flageolaient et tout son être avec, mais il accusa le coup et tint bon.
A trois reprise il faillit tomber, mais il avait remarqué quelque chose, une mouette ( il y en avait encore quelques unes ), attirée par le spectacle se promenait au dessus d'eux avec des va et vient incessants.
Or Martius avait une autre passion, ç'était les oiseaux, il connaissait bien les cris et les sifflements de ces animaux, aussi il eut subitement une idée.
Au 4eme tour, lorsqu'il arriva façe à son adversaire il se mit à pousser le terrible cri du goeland, la mouette, éffrayée resta en vol d'arrêt sur la tête de Polius et paf...d'un coup elle se lacha, la fiente tomba sur les yeux de Polius qui vacilla, tituba, et Martius le malin en profita pour le soulever d'un seul coup, mu par une force décuplée par la hargne, il le projeta sur le sable avec son bouclier et sa lance .
La foule hurlait et scandait le nom de Martius: Martius...Martius, ç'était le délire.
Autrefois, selon les règles des tournois , il n'aurait pas pu être déclaré vainqueur, mais depuis 2015, les ministres de la ville avaient décrété qu'il n'y avait plus de règles, seul le résultat comptait..
C'était grace à Robertus Bancionus , ancien jouteur des années 2000, qui avait à plusieurs reprises énoncer cette idée; il avait foi dans l'honnéteté des hommes, le pauvre...
Martius décendit de son char, alla saluer son adversaire, et tout de suite il fut entouré par tous ses amis jouteurs qui le portèrent en triomphe jusqu'à la tribune ou Sarkosius 2 lui remit la coupe du grand vainqueur de l'année.

Il était heureux comme Ulysse sans voyager...
Seule comptait pour lui l'inscription de son nom avec tous les autres champions, la haut dans le beau museum sur ce Mont Saint Clairien, là ou marchent les colombes .

Il entrait dans la postérité, la nuit était à lui.

Tous les personnages de cette histoire sont fictifs, la ressemblance avec des personnes connues seraient vraiment fortuites.

Ceci dit, j'aime Sete, sa vie authentique, ses couleurs, sa lumière, son äme.

Nous nous sommes adoptés mutuellement.

Commentaires

très belle histoire, amusante, pleine d'humour et de vérité qui fait se rejoindre les siecles, or, qu'est-ce que le temps...un soufle déjà passé dans l'univers et toujours recommencé ( comme dirait P.Valery)

Écrit par : ginette | 26/08/2007

Je me suis bien amusée Ginette, Pressée par le temps, je n'ai pas bichonné, c'est brut de coffre et d'emballage, sans recherche de style.
J'espère que les fervents amateurs de Joutes ne m'en voudront pas.
Personnellement je ne suis pas une fanatique (étant seulement Sétoise d'adoption ) mais je respecte absolument cette coutume belle et haute en couleur que les vrais Sétois aiment tant.

belle citation de Valery.

Écrit par : victorine follana | 26/08/2007

Les commentaires sont fermés.