Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/08/2011

La Saint Louis à Séte en Aout 2150 / épisode 1

medium_Dscn1059.jpg


Martius se leva ce matin avec le ventre serré; il commença par boire son litre de miel purificateur afin de pouvoir faire ses exercices de maintien de forme sans trop de difficultés.
Malgré son jeune age, 110 ans, il devait le faire car il connaissait son adversaire le grand Polius, vainqueur de la Saint Louis de l'année précédente; il avait mis KO l'illustre Cirus, qui détenait le titre depuis 80 ans.
A Sete , le jeu de la Tintaine existe depuis plusieurs siécles et Martius, a lu et relu les histoires de ses ançêtres qui , autrefois jusque dans les années 2030 s'affrontaient sur l'eau des canaux de la ville.
Ca devait être bien, pensa t-il...
Aujourdhui et depuis bien d'années , on s'affronte sur des canaux de sable, toutes les eaux ayant disparu à cause de la terrible sécheresse de l'année 2040.
Les barques sont devenus des petits chars mus à l'énergie solaire, guidés par des hommes jouant avec des instruments trés anciens au son de cornemuse....


La suite demain

30/08/2008

Mon premier jour

medium_IMGP1809.2.jpg


Je baignais tranquillement dans les eaux amniotiques du ventre de ma mère.
Un bruit sourd et régulier parvenait jusqu'à moi,c'est sans doute le battement de son coeur , pensais-je.
Drôle de son, lancinant, émouvant, comme un appel d'amour.
J'étais dans le noir, mais je respirais sa lumière.
Je tapais vivement avec mes petits pieds les parois de chair tendre, savourant encore et encore le parfum de ce nid si douillet qui m'avait recueilli et vu grandir pendant neuf mois.
Je sentis brusquement que quelque chose changeait.
La bulle qui m'enveloppait commençait à gonfler; des craquements bizarres, espaçés tout d'abord, puis de plus en plus rapprochés envahissaient l'espace clos.
J'avais un peu peur, mais ne ressentait aucune douleur, je me sentais de plus en plus légère, comme portée par un courrant.
J'étais tirée, aspirée par un souffle puissant.
Et puis , bientot, malgré le leger rideau opaque qui recouvrait mes yeux, j'aperçus une ouverture d'où s'échappait un rayon de clarté.
Tout craquait autour de moi, les murs de ma prison aimée s'ouvraient de plus en plus...
Et puis , d'un seul coup, je fûs ailleurs.
Je sentis une tape sur mes fesses, sèche mais amicale.
Je poussais un cri.
Je savais maintenant que le souffle qui m'avait porté était le souffle de la vie.

11/12/2007

La " noirode" à droite c'est moi...

ebd501cf35ef23655bf4d2a0474fee7f.jpg



A cette époque là, je commençais ma vie, à Lunel, et mes parents nous emmenaient à la plage du Grau du roi de temps en temps.
Ma mère aimait que nous soyons nues, et j'étais noire comme une taupe, frisée, frisée ...avec un regard de SOULAGES; mes soeurs et mes cousins m'appelaient la négresse à plateau pour me faire bisquer.
Longtemps mon prénom ancestral Victorine et cette" basanation" génétique m'ont crée des complexes.
Avec le temps je me suis éclairçie, mais tout de même je me pose la question de temps en temps: ma préférence de la lumière dans l'obscurité aurait-elle un rapport avec" le noir" de ma jeunesse ?

02/09/2007

Mon dernier Jour

medium_DSCN1161.JPG

Je me lève, il est huit heures, les cheveux en bataille, mais toujours colorés dans ce roux luisant que j'aime tant.
Mes yeux encore gonflés de sommeil sont les stigmates de la nuit blanche qui m'a tenue évéillée.
Un gilet rapidement enfilé sur mon pyjama, je descends.
L'exercice physique et une alimentation pauvre mais saine ont su préserver ma vitalité, je ne suis pas malade, seulement fatiguée.
J'ouvre les volets des porte-fenêtres de la terrasse et la lumière transparente de l'Automne envahit la pièce.
Le Mistral fait encore des siennes , il fait gémir les branches des arbres dans le jardin; plaisir ou souffrance, nul ne le sait car on ne connait pas leur langage. Comme eux, j'ai pris corps dans les racines de mes ancêtres, je me suis élevée peu à peu, me trompant souvent de chemin; ma peau lisse et dorée de jeune fille s'est creusée au fil du temps comme l'écorce qui recouvre leur corps, mais dans ces sillons sont enfouis toutes les peurs, les souffrances et les joies de ce qui fût ma vie.
Aujourd'hui est mon dernier jour, je le sais, que vais-je faire?
Rien de plus...
C'est décidé, j'aime ma routine, j'ai toujours su vagabonder sans bouger d'un pouce.
Pour mon dernier voyage, ce sera pareil, je veux que la mort me prenne là ou je suis le mieux, chez moi, loin des bruits et des agitations.
Je bois mon café bien noir, caresse mes deux petites minettes qui viennent se frotter sur mes pieds, et comme tous les matins, revêtue de mon vieux jean et d'un pull, je  descend à l'atelier.
Ouvrir ma stéréo ,presser de façon jubilatoire mes tubes de couleur, prendre mes pinceaux et m'enivrer au parfum de la therebentine , voilà ce que seront mes ultimes gestes.

  Je pense à tous ceux que j'aime et que j'ai aimé.

Il me plait de mourir comme j'ai vécu, en technicolor

26/08/2007

La Saint Louis à Séte AOUT 2150/fin de l'histoire/ ci dessous, bas relief de joutes anciennes des années 2000

medium_4.jpg


NOTE: a ceux qui sont interréssés par cette histoire, il convient de commencer à lire à partir de la note du JEUDI 23 AOUT... début de cette nouvelle, écrite en 4 épisodes

Sarkosius 2 avait été reçu en grandes pompes par le premier tribun de la ville Commeinhus Gynecolojus, deuxième du nom. La ville avait bien changé et s'était beaucoup agrandi depuis l'avénement de son père Commeihnus Franciscus dans les années 2000- 2015 car ç'était lui qui avait créé l'aménagement de la Via Lidona en bordure de la mer encore présente ces années là.
Lorsque celle ci commença à s'assécher, on construisit de plus en plus loin sur le sable et aujourd'hui Sete compte 800 000 habitants qui espèrent toujours le retour de la lumière et le soleil d'antan .
Ayant fini leur tour de ville, nos héros et leur suite atteignirent, enfin, l'arène Royale.
Tout le monde était en plaçe; les musiciens jouaient, la foule criait, Martius et Polius étaient bien calés sur la plateforme de leur char mu à l'énergie solaire ( énergie récupérée trés loin dans l'atmosphère et stockée sur des satellites dans l'espace ).
Ils avançaient, l'un contre l'autre, tenant leur bouclier à gauche et la lance dans la main droite.
A la pesée, avant le combat, Polius accusait 20 kgs de plus que Martius, ç'était beaucoup, et celui ci se dit que pour gagner il faudrait trouver la feinte...car toujours, comme auparavent la ruse pouvait compenser la différence de poids.
Un premier choc, Martius tituba, à droite, à gauche, ses jambes flageolaient et tout son être avec, mais il accusa le coup et tint bon.
A trois reprise il faillit tomber, mais il avait remarqué quelque chose, une mouette ( il y en avait encore quelques unes ), attirée par le spectacle se promenait au dessus d'eux avec des va et vient incessants.
Or Martius avait une autre passion, ç'était les oiseaux, il connaissait bien les cris et les sifflements de ces animaux, aussi il eut subitement une idée.
Au 4eme tour, lorsqu'il arriva façe à son adversaire il se mit à pousser le terrible cri du goeland, la mouette, éffrayée resta en vol d'arrêt sur la tête de Polius et paf...d'un coup elle se lacha, la fiente tomba sur les yeux de Polius qui vacilla, tituba, et Martius le malin en profita pour le soulever d'un seul coup, mu par une force décuplée par la hargne, il le projeta sur le sable avec son bouclier et sa lance .
La foule hurlait et scandait le nom de Martius: Martius...Martius, ç'était le délire.
Autrefois, selon les règles des tournois , il n'aurait pas pu être déclaré vainqueur, mais depuis 2015, les ministres de la ville avaient décrété qu'il n'y avait plus de règles, seul le résultat comptait..
C'était grace à Robertus Bancionus , ancien jouteur des années 2000, qui avait à plusieurs reprises énoncer cette idée; il avait foi dans l'honnéteté des hommes, le pauvre...
Martius décendit de son char, alla saluer son adversaire, et tout de suite il fut entouré par tous ses amis jouteurs qui le portèrent en triomphe jusqu'à la tribune ou Sarkosius 2 lui remit la coupe du grand vainqueur de l'année.

Il était heureux comme Ulysse sans voyager...
Seule comptait pour lui l'inscription de son nom avec tous les autres champions, la haut dans le beau museum sur ce Mont Saint Clairien, là ou marchent les colombes .

Il entrait dans la postérité, la nuit était à lui.

Tous les personnages de cette histoire sont fictifs, la ressemblance avec des personnes connues seraient vraiment fortuites.

Ceci dit, j'aime Sete, sa vie authentique, ses couleurs, sa lumière, son äme.

Nous nous sommes adoptés mutuellement.

25/08/2007

La Saint Luis à Séte Aout 2150 /3 eme épisode

medium_wp992f9c06.2.pngIl but un dernier bol de miel purificateur et avala un morceau de tiellus, sa gaterie préféré du matin.
Allez, j'y vais , dit-il tout haut...
A grand pas décidé il sortit et se dirigea rapidement vers le forum de la Marina ou avait lieu le rassemblement des sociétés de joutes.
L'élimination s'était déroulé la veille et aujourd'hui, il serait seul face à Polius.
La foule était déjà bruyante , les femmes portaient des couronnes de lauriers synthétiques agrémentés de fleurs de néons multicolores qui ressemblaient à des étoiles dans le jour assombri, car depuis 2040, la pollution ayant ravagé la terre, il ne faisait jamais vraiment jour...
Les enfants tenaient serrés leurs petits paniers emplis de pétales de roses en papier afin de les jeter dans l'arène au moment du combat.
les plus accros du spectacle étaient déjà en place , assis sur les gradins depuis le début de la nuit précédente.
L'ambiance était , pour l'instant bonne enfant mais il savait que dés le début du tournoi, elle deviendrait de plus en plus passionnée.
Polius arriva.
Il était , lui aussi magnifique dans son habit de soleil bleu et blanc, son regard était sombre et un sourire narquois plissait ses lèvres, d'un air de dire : " cours toujours petit..., il l'entendit même marmonner entre ses dents : " Martius fay ta malla..."
Il eut un léger frisson mais resta zen.
Ils montèrent chacun sur leur char, décorés magnifiquement de vestiges marins récupérés lorsque la Maditerrannée se retira en partie dans les années 40, et ils commençérent à avançer lentement, entourés des musiciens jouant des tambours et des hautbois.
Ils devaient monter en priorité la Via Boursa, faire le tour de la ville en passant par le Mont Saint Clairien et redescendre par la Via Bédouina. afin d'atteindre directement l'Arene Royale.
Polius en tête, lui derriere, et ensuite le grand char des ministres de la ville avec un invité de marque cette année
le Grand Sarkosius 2, fils de Sarkosius 1er , dit Sarkosius Rapidus déçédé il ya 10 ans à l'âge de 183 ans.

Demain fin de l'histoire, en espérant qu'elle vous a amusé.
De toute façon, c'était pour de rire

24/08/2007

La Saint Louis à Séte Aout 2150 ( suite )ci-dessous, oeuvre de logicianus Picturius

medium_2003lss005.2.jpg

Aprés deux heures d'exercice continu, ayant beaucoup transpiré, il décida de se préparer.
Il se dirigea vers sa salle de soin; celle ci était entièrement revêtue de mosaîques représentant des scènes de joutes, certaines avec chars , d'autres avec des barques comme dans le passé. C'était une oeuvre de sa compagne Victorina, adepte et passionnée des arts plastiquanums.
Par de minuscules alvéoles percées dans les murs, s'échappaient de la vapeur de nuages recyclés, procédé trouvé dans les années 40 aprés la disparition, due à la sécheresse d'un trés grand nombre de rivières , de lacs, de fleuves et même de certaines mers.
Il s'enduit le corps avec" sel d'iode" son parfum préféré, copie de l'air ambiant de Sete dans les années 2000-2039.
Une petite faim creusait son estomac, heureusement il avait conservé une partie de sa ration de la veille distribuée chaque soir par le ministère de la ville. Il avala rapidement ses galettes nutritives , celles qu'il préférait " les macaronadius" et " moulus farcissius" fabriquées d'aprés des recettes trés anciennes trouvées dans des greniers avant la démolition et la reconstruction de la ville en 2110.
Ensuite, il appela Victorina afin qu'elle l'aidat à revêtir son habit de soleil rouge et blanc, le bleu et le blanc seront pour son adversaire.
Lorsqu'il fût habillé, il se regarda dans son miroir et se trouva beau; décidément ces pilules de jouvence " les viagraniums" s'avéraient vraiment efficaces; il arrivait presque à la maturité à 110 ans, et son visage était lisse comme une peau de banane verte, sans parler du reste...
Il ne lui restait plus qu'a choisir sa lance et son pavois...
Ca y est, c'est le grand jour, il respire fort, il tremble, joie, peur, il la veut son heure de gloire et d'mmortalité, il veut son nom inscrit dans la belle salle du museum sur le Mont Saint Clairien, à la suite de tous ces heros d'un jour jamais oubliés...

La suite demain
medium_2003lss005.jpg